Règlement Intérieur

(en cours de modification pour effet à la rentrée 2020)

I – PREAMBULE

Le Règlement Intérieur a pour objet de définir les règles de fonctionnement et d’organisation de la vie au Lycée. le Règlement Intérieur crée les conditions de la liberté de chacun des membres : le respect des règles de vie s’impose dans toute collectivité.

Il s’inscrit dans :

  • le respect des principes de LAÏCITE, de pluralisme et de neutralité,
  • le devoir de TOLERANCE, de respect des autres et de soi-même, de leur personnalité et de leurs convictions : en conséquence la garantie de protection contre toute agression physique ou morale et le devoir qui en découle pour chacun de n’user d’aucune forme de violence.

Le Règlement Intérieur se décline autour de trois règles non négociables :

  • présence à l’heure à tous les cours,
  • respect des enseignements et des évaluations,
  • respect des personnes, des locaux et des biens d’autrui.

La vie du Lycée s’organise prioritairement autour des apprentissages et des obligations liées à la réussite scolaire des élèves. Le lycée est un lieu de travail en vue de l’obtention d’un diplôme ; mais il est aussi un lieu de vie collective et d’éducation qui contribue à la fois à l’épanouissement personnel des élèves et à la formation des futurs citoyens notamment par :

  • les activités associatives, culturelles, artistiques, sportives proposées aux élèves qui permettent une ouverture aux autres et au monde ;
  • l’éducation à la santé (notamment prévention des conduites à risques) ;
  • l’apprentissage progressif de l’autodiscipline (y compris dans le travail quotidien au lycée) ;
  • l’apprentissage de la vie démocratique dans la classe et dans le lycée (particulièrement par la prise de responsabilités).

L’objectif de ce projet éducatif est d’aider les élèves à être acteurs de leur vie de lycéenne et de lycéen et ainsi d’acquérir l’autonomie nécessaire à la vie d’adulte-citoyen.

II – DROITS ET DEVOIRS DES ÉLÈVES RESPONSABILITÉS DES ÉLÈVES

L’exercice par les élèves de leurs droits individuels et collectifs et le respect des obligations qui en découlent, dans le cadre scolaire, contribuent à préparer les lycéens à leurs responsabilités de citoyens.

A – DROITS ET DEVOIRS INDIVIDUELS

  1. Les élèves disposent de droits individuels :
  • Tout élève a droit à l’éducation et à la formation, et notamment à une aide et à des conseils en matière d’apprentissage et d’orientation.
  • Tout élève a le droit au respect, à la protection contre toute forme de violence et de discrimination, au respect de son travail et de ses biens, au respect de la défense dans le cadre d’une mesure disciplinaire.
  • Tout élève dispose de la liberté d’exprimer son opinion et ses goûts, dans un esprit de tolérance, de respect d’autrui, de respect des limites de la décence et du savoir-vivre et sans gêner le bon déroulement de l’enseignement.
  • Tout élève a le droit d’être représenté par les différents élus lycéens.
  • Tout élève a le droit de bénéficier de soins dispensés par l’infirmière et le médecin du service de promotion de la santé. Il peut solliciter l’aide dans le cadre des Fonds Sociaux.

    2. L’exercice de ces droits individuels implique donc nécessairement des devoirs :

a – Obligations de respect des personnes et des biens (obligations qui s’imposent à tous, adultes et jeunes, dans le cadre du respect des droits de l’homme et du citoyen ) :

  • Tout élève a le devoir de respecter autrui dans son travail, ses convictions et sa personnalité, notamment les autres élèves, les personnels et les usagers du lycée. Par conséquent, il ne doit user d’aucune violence verbale ou physique, exercer aucune pression psychologique ou morale, se livrer à aucun acte ou propos à caractère discriminatoire se fondant notamment sur le sexe, la religion ou l’origine.
  • Une tenue en adéquation avec l’activité menée (tenue correcte et adaptée au contexte de l’enseignement et de la vie scolaire), de même qu’un comportement (posture au sein des cours, des espaces de vie scolaire) comme l’interdiction du port de couvre chef au sein des bâtiments (mesure de courtoisie et de respect) de manger et boire, d’être affalé sur sa table, dans les couloirs, qui peut être ressenti comme une provocation par rapport au cours, au lieu où il se trouve. La méconnaissance de ce point engendre un dialogue (démarche pédagogique et non négociation, ni dérogation à la loi) et/ou l’engagement d’une procédure disciplinaire.
  • Conformément aux dispositions de l’article L-141-5-1 du code de l’éducation, le port de signes ou de tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Lorsqu’un élève méconnaît l’interdiction posée à l’alinéa précédent, le Chef d’Etablissement organise un dialogue avec cet élève avant l’engagement de toute procédure disciplinaire .
  • Tout élève a le devoir de respecter les locaux et le matériel mis à disposition des élèves. Toute négligence, dégradation ou tout vol peut porter atteinte à la collectivité dans son ensemble, à la sécurité des personnes et à la liberté d’autrui. Tout élève confondu, surpris à manipuler indûment le système d’alarme incendie et de désenfumage de l’établissement sans raison, met en péril la vie de tous. Il sera sanctionné selon le Règlement Intérieur et s’expose, selon la gravité de l’infraction, aux poursuites civiles et pénales prévues par les textes en vigueur.
  • Tout élève a le devoir de respecter les règles et lois en vigueur en matière de tabac, d’alcool et de drogue. Par conséquent, l’usage du tabac est strictement interdit dans l’enceinte du lycée. De même, l’introduction et la consommation d’alcool et de substances illicites et psycho-actives (cannabis) sont interdites dans l’enceinte de l’établissement. Tout élève surpris en possession d’alcool ou en état d’ébriété sera sanctionné. Tout élève consommant ou surpris en possession de drogue et/ou produits illicites sera sévèrement sanctionné, indépendamment des poursuites judiciaires entamées à son encontre.

b – Obligations liées au statut d’élève et au travail scolaire

  • Un élève doit toujours être porteur de son carnet de correspondance.
  • Obligation d’assiduité et de ponctualité (article 10 de la loi du 10 juillet 1989) qui consiste, pour tout élève, à se soumettre aux horaires d’enseignement définis par l’emploi du temps, y compris pour les enseignements facultatifs, dès lors que les élèves se sont inscrits à ces derniers. L’élève doit également faire preuve d’une rigoureuse exactitude, le retard constituant une gêne pour la classe et un préjudice pour sa propre réussite.
  • Obligation, pour tout élève, d’accomplir les travaux écrits et oraux qui sont demandés par le personnel éducatif et de se soumettre aux modalités de contrôle des connaissances. En conséquence, tout élève doit toujours être en possession du matériel nécessaire à la réalisation du travail demandé.
  • Obligation de porter la blouse en cours de Travaux Pratiques de sciences (S.V.T. et Physique). Les blouses ne doivent en aucun cas être un support d’expression libre indécente.
  • Obligation de se soumettre aux contrôles de santé obligatoires prévus par la loi.

Tout manquement à ces obligations peut entraîner des procédures disciplinaires conformément à l’article IV du présent Règlement.

B – DROITS COLLECTIFS DES ÉLÈVES (décret du 18 février 1991 & circulaire du 6 mars 1991)

INSTANCES DE REPRÉSENTATION ET DE CONCERTATION

  1. Droits collectifs des élèves :

Au lycée, pour que les élèves réussissent pleinement leur formation d’élève et de citoyen, le simple fait d’assister au cours ne suffit pas. Pour y parvenir ils disposent de droits collectifs :

  • le droit de réunion : tout groupe de lycéens ou toute association lycéenne peut, en respectant les règles en vigueur, organiser une réunion.
  • le droit d’association : tout lycéen peut, en respectant les règles en vigueur, adhérer à une association, voire s’il est majeur en créer une, conformément à la loi du 01/01/1901.
  • le droit de publication : tout lycéen peut, en respectant les règles en vigueur, créer un journal, rédiger un texte d’information et le diffuser à l’intérieur du Lycée.
  • le droit d’affichage : tout lycéen peut, en respectant les règles en vigueur, annoncer une réunion, proposer un service, exprimer une opinion par une affiche.
  • le droit de représentation : les lycéens disposent collectivement du droit à la liberté d’expression, d’information et de réunion par l’intermédiaire de leurs représentants élus.

     2. Instances de représentation et de concertation :

Les lycéennes et lycéens sont pleinement associés à la vie de l’établissement au travers des instances de représentation et de concertation. Ils sont invités à exercer des responsabilités au sein de ces structures.

Chaque classe dispose de l’heure de vie de classe pour débattre des problèmes des élèves, dans la classe ou dans le Lycée.

Quelques semaines après la rentrée, chaque élève élit deux délégués qui représentent l’ensemble de leurs camarades auprès de l’équipe éducative et de l’équipe de Direction. Les délégués de classe participent aux Conseils de Classes et peuvent également représenter les élèves au sein d’autres instances.

  • L’assemblée générale des Délégués, présidée par le Chef d’Etablissement, est constituée par l’ensemble des délégués de toutes les classes. Elle donne son avis sur les questions relatives à la vie et au travail scolaire
  • Le Conseil pour la Vie Lycéenne (C.V.L.), présidé par le Chef d’Etablissement, est une instance paritaire formée d’élèves et d’adultes de l’établissement. Les 10 délégués au C.V.L. sont élus directement par l’ensemble des lycéens pour 2 ans : 5 renouvelables chaque année.
    Le C.V.L. est obligatoirement consulté sur les principes généraux de l’organisation des études, l’élaboration du projet d’établissement, l’élaboration ou la modification du règlement intérieur.
  • Le Conseil d’Administration (C.A.) est constitué de membres élus chaque année, dont 4 élèves élus par l’Assemblée Générale des Délégués et le Vice-président du C.V.L.
    Le C.A. délibère sur toutes les affaires de l’établissement : budget, projet d’établissement, santé, sécurité… C’est dans cette assemblée que toutes les décisions sont prises.
  • La Commission de Fonds Social est chargée de procéder à la répartition des différents Fonds Sociaux en proposant des critères d’attribution.
  • Des élèves participent aux travaux de la Commission d’Hygiène et Sécurité (C.H.S.) dont l’objet est l’amélioration des conditions de sécurité des usagers du Lycée : participation aux exercices d’évacuation, contrôle des matériels de sécurité.

III – ORGANISATION DE LA VIE DES ÉLÈVES

A – HEURES DE PRÉSENCE DANS L’ÉTABLISSEMENT – RÉGIME D’AUTORISATION DE SORTIE

Les élèves doivent être présents dans l’établissement avant chaque début de cours et ainsi être à l’heure à tous les cours, selon l’emploi du temps affiché sur Pronote.

Les élèves peuvent entrer et sortir du lycée à chaque début ou fin d’heure de cours du lycée en fonction de leur emploi du temps sauf dispositions spéciales prises en concertation avec la famille. Pour les cours inscrits à l’emploi du temps mais qui ne concernent pas tous les élèves le professeur informe les parents par le biais du carnet de correspondance.

Les autorisations d’absence et de sorties « exceptionnelles » ne peuvent être accordées par le Chef d’Etablissement que sur demande écrite des parents.

  1. Contrôle des absences et retards

Les familles sont invitées à prévenir la vie scolaire du lycée par téléphone dès le début d’une absence de leur enfant en précisant sa durée prévisible. Elles doivent ensuite, au moment du retour de leur enfant, rédiger la justification écrite de l’absence.

Dès son retour, l’élève devra obligatoirement se présenter au bureau d’un C.P.E. pour justifier son absence par écrit et y recevoir l’autorisation de reprendre les cours. Cette justification doit figurer sur le carnet de correspondance.

Néanmoins, le fait d’avoir « oublié » ou « égaré » celui-ci ne dispense en rien l’élève de venir au bureau de la Vie Scolaire avant la reprise des cours.

L’attention des familles est attirée sur le fait qu’en cas d’absences injustifiées, un dialogue est initié avec la famille pour mettre en place une stratégie de remédiation. Un dossier est établi, qui recense les absences et les motifs invoqués et les mesures prises pour rétablir l’assiduité.

Si les démarches entreprises en direction de la famille et de l’élève n’aboutissent pas à la réalisation de cet objectif, le dossier est transmis à l’Inspecteur d’Académie qui prolongera l’action au niveau départemental en liaison avec l’établissement. En dernier ressort, il saisira le Procureur de la République.

Les motifs valables d’absence sont déterminés par la loi sur la fréquentation scolaire obligatoire : l’absence pour convenances personnelles n’est pas une absence justifiée. Toute absence volontaire ou non justifiée lors d’une interrogation écrite, devoir surveillé, bac blanc, entraînera des procédures disciplinaires conformément aux dispositions prévues à l’article IV.

Les retards répétés et l’absentéisme sont incompatibles avec un travail sérieux. C’est pourquoi le manque de ponctualité et d’assiduité sera également sanctionné selon les mêmes modalités.

Tout élève en retard sans motif valable (apprécié par la Vie Scolaire) ne sera pas autorisé à entrer en classe, jusqu’au cours suivant.

    2. Dispenses d’E.P.S.

Les dispenses annuelles d’E.P.S. sont examinées par le médecin scolaire sur présentation du certificat médical du médecin de famille. Les dispenses occasionnelles d’activité, sur demande écrite motivée, datée et signée des parents seront accordées ou non par l’infirmière avant le début du cours.

La dispense totale ou partielle d’activité physique n’entraîne pas forcément une absence en cours, le lycéen doit donc présenter au professeur concerné, qui décidera du maintien du cours d’E.P.S. ou non, son carnet de correspondance comportant la dispense puis le faire viser au bureau du C.P.E.

En application de la circulaire du 10 août 1984, il est rappelé qu’aucune dispense médicale totale ou partielle ne peut avoir d’effet rétroactif.

    3. Temps libre

En dehors des heures d’enseignement obligatoires dans l’établissement, les élèves ont les possibilités suivantes :

  • Fréquenter le C.D.I. ; les élèves qui s’y rendent se livrent à des travaux personnels de recherche et de documentation. Tout lycéen a le droit d’utiliser le C.D.I., espace de travail sur documentation et de lecture plaisir dans la limite des places disponibles pour des raisons de sécurité ;
  • Fréquenter les salles de permanence ;
  • Demander une salle au C.P.E. pour un travail en groupe restreint et sous la responsabilité des élèves concernés ;
  • Fréquenter les différents Centres de Ressources ;
  • Participer aux activités des clubs ;
  • Fréquenter la salle de la M.D.L. ;
  • Rester dans la cour et les préaux.

Ils ne doivent pas s’installer dans les couloirs et les escaliers.

B – INFIRMERIE

L’infirmière a un rôle d’accueil, d’écoute et de soins. Elle donne les premiers soins d’urgence et oriente vers la solution appropriée (SAMU, etc…) tout en avertissant les familles.

Le médecin scolaire assure les visites médicales obligatoires. Les lycéens ne peuvent se soustraire aux contrôles et examens de santé organisés à leur intention.

Les médicaments utilisés par les élèves, accompagnés du double de l’ordonnance du médecin traitant doivent obligatoirement être soumis au contrôle de l’infirmière. En cas de nécessité médicale, ils sont déposés à l’infirmerie où ils seront administrés.

L’emploi du temps de l’infirmière est précisé en début d’année et affiché à l’entrée de l’infirmerie.

Tout élève quittant le cours pour se rendre à l’infirmerie en cas de malaise ou d’accident bénin, est accompagné d’un camarade qui doit cependant repartir en cours aussitôt que l’élève accompagné se trouve à l’infirmerie ou, en absence de l’infirmière, au bureau du CPE.

C – ACTIVITÉS À L’EXTÉRIEUR DE L’ÉTABLISSEMENT

  1. Voyages et sorties scolaires – Déplacements

Le caractère éducatif des sorties et voyages implique que tous les élèves d’une classe puissent normalement et dans toute la mesure du possible y participer. Les élèves qui n’y participent pas sont pris en charge dans le cadre horaire inscrit à l’emploi du temps.

Une autorisation signée du représentant légal est obligatoire pour la participation des élèves à ces activités éducatives.

Les élèves peuvent accomplir seuls, donc sans surveillance, les déplacements entre l’établissement et le lieu d’une activité scolaire, même si ceux-ci ont lieu dans le cadre du temps scolaire. Chaque élève est alors responsable de son propre comportement, même lorsque le déplacement s’effectue en groupe.

   2. Stages – Entreprises

Les stages en entreprise font l’objet d’une convention signée entre le chef d’établissement, l’entreprise et ses parents (ou l’élève majeur).

Les stages entraînent les mêmes obligations de sérieux, de ponctualité et d’assiduité que les cours, même si l’élève est alors soumis au règlement de l’entreprise.

D – OBJETS PERSONNELS -RESPONSABILITÉ

Les élèves et les parents veilleront à ce que ni somme d’argent importante, ni objets de prix ne soient apportés au lycée.

Les élèves ont la possibilité d’utiliser le parking prévu pour les deux roues. Ils doivent prendre les dispositions nécessaires pour que ceux-ci soient munis d’un antivol efficace (quel qu’il soit). Il appartient à la communauté scolaire d’être vigilante. L’élève doit en toute circonstance se considérer responsable de ses biens.

L’introduction de planches à roulettes dans l’établissement est interdite à compter du 7 décembre 2015.

Pour préserver la sérénité quant aux possibilités offertes par les téléphones portables, les appareils audiovisuels ou baladeurs, ces objets personnels doivent être éteints et rangés dans les sacs avant d’entrer dans l’ensemble des locaux de l’établissement.

Les usages illicites repérés génèrent une sanction mais exposent, selon la nature de l’infraction, aux poursuites civiles et pénales prévues par les textes en vigueur (circulaire n°2000-105 du 11/07/2000). Différents articles du code civil (Art. 9…) du code pénal (Art. 226-1, 223-6, 121-7…) posent le cadre ainsi que les poursuites encourues par les élèves impliqués dans les «agressions» photographiques ou filmées.

En EPS, les objets (calculatrices..) de valeur pourront être confiées au professeur qui les mettra en lieu sûr pour la durée du cours.

E – L’U.N.S.S.

La pratique sportive assurant un bon équilibre physique et psychique, les élèves sont vivement encouragés à participer (avec ou sans compétitions) à l’U.N.S.S.

F – LA MAISON DES LYCÉENS (M.D.L.) (Association « loi 1901 » régie par le décret n°91-173 du 18/02/1991)

La Maison des Lycéens du Lycée Jean Perrin apporte son soutien à différents projets.

La salle de la M.D.L. peut être ouverte à tous les membres de la communauté scolaire à jour de leur cotisation à la Maison des Lycéens. Un règlement intérieur définit l’utilisation de cette salle.

G – ÉLÈVES MAJEURS

Tout élève accédant à la majorité légale (18 ans révolus) peut bénéficier à sa demande écrite auprès du Proviseur d’un élargissement de sa responsabilité. Il peut, s’il le souhaite, accomplir personnellement les actes qui, pour les élèves mineurs, sont du ressort des seuls parents. Il peut également être destinataire de toute correspondance le concernant.

Le Proviseur informera les parents de cet élargissement de responsabilité et continuera à leur faire part des éventuelles perturbations de la scolarité de leur enfant (absences injustifiées, abandon d’études, problèmes financiers) susceptibles de les mettre en contravention avec la législation, sauf opposition écrite de l’élève.

En tout état de cause, les obligations d’un élève majeur à l’intérieur du lycée sont identiques à celles des autres lycéens.

H – UTILISATION D’INTERNET DANS LE RÉSEAU INFORMATIQUE DE L’ETABLISSEMENT

Les élèves peuvent accéder aux services d’Internet par l’intermédiaire du réseau pédagogique à la condition de se conformer à la Charte d’utilisation de l’informatique pédagogique signée par eux et leurs responsables légaux.

Cette Charte sera réactualisée périodiquement en fonction de l’évolution du droit et des pratiques.

IV – ÉVENTAIL et REGISTRE DES MESURES, PUNITIONS ET SANCTIONS

(Conformément à l’article R511-13 du décret n°2011-728 du 24/06/2011 modifié le 29/05/2014 le 03/09/2019)

L’une des finalités du lycée est l’apprentissage de la Loi et de la Règle. En ce sens, la communauté éducative privilégie, même lorsqu’elle est amenée à sanctionner un lycéen, le dialogue et la recherche de solutions à caractère pédagogique et/ou éducatif.

La communauté éducative qui a le devoir de remédier aux errements des élèves saura également apprécier à leur juste valeur, les qualités diverses, individuelles ou collectives, des individus dont elle assure, en partie, la formation (actions d’aide ou d’entraide, participation des lycéens à la vie de l’établissement : délégué, C.V.L.,…)

  1. PUNITIONS
    Les punitions scolaires concernent essentiellement les manquements mineurs aux obligations des élèves et les perturbations dans la vie de la classe ou de l’établissement.

    • L’excuse publique orale ou écrite (prise réelle de conscience du manquement à la règle) ;
    • Le devoir supplémentaire ;
    • La retenue pour faire un devoir ou un exercice non fait ;
    • L’exclusion ponctuelle de cours (cas exceptionnels)
  2. SANCTIONS (Conformément à l’article R511-13 du décret n°2011-728 du 24/06/2011) :
    • L’avertissement ;
    • Le blâme ;
    • La mesure de responsabilisation (sa durée ne peut excéder 20h) ;
    • L’exclusion temporaire de la classe (ne peut excéder 8 jours)
    • L’exclusion temporaire de l’établissement ou de l’un de ses services annexes (ne peut excéder 8 jours) ;
    • L’exclusion définitive de l’établissement ou de l’un de ses services annexes ;

La mesure de responsabilisation consiste à participer, en dehors des horaires d’enseignement à des activités de solidarité, culturelles ou de formation à des fins éducatives. La mise en place est subordonnée à la signature d’un engagement par l’élève à réaliser la mesure de responsabilisation. Si cette mesure est réalisée à l’extérieur de l’établissement, l’accord de l’élève (ou de son responsable légal s’il est majeur) sera recueilli par convention.

Tout manquement grave et/ou réitéré aux règles de travail et de vie en collectivité pourra faire l’objet d’une comparution en Commission Éducative, voire en Conseil de Discipline si les faits le justifient.

Le Conseil de discipline peut seul proposer et décider d’une exclusion définitive. Il est présidé par le Proviseur. Des représentants des élèves siègent au Conseil de Discipline aux côtés d’enseignants, d’autres personnels de l’établissement et de parents d’élèves (Décrets n°2004-412 du 10/05/2004 et n°2011-728 et 2011-729 du 24/06/2011).

     C. COMMISSION ÉDUCATIVE
Un élève peut faire l’objet d’une comparution devant la Commission Éducative du lycée pour tout manquement grave et/ou réitéré aux règles de vie et de travail. La Commission se réunit à la demande écrite d’un membre du personnel auprès de la Direction de l’établissement, qui étudiera le dossier et décidera de sa recevabilité dans les 8 jours. Cette demande écrite doit être argumentée.
La Commission Éducative s’inscrit dans le processus éducatif visant à rendre l’élève responsable de son comportement, de ses actes et à assumer ses fautes. Elle peut intervenir à titre préventif, mais également en tant que dernier recours avant le Conseil de Discipline. L’objectif est d’amener l’élève à prendre conscience et à dépasser ses manquements. L’aspect contradictoire nécessaire à ce type d’instance sera respecté.
La Commission Éducative peut proposer des mesures de prévention, d’accompagnement et de réparation, avec un suivi sous forme de contrat d’objectifs, moyen privilégié qui s’inscrit dans une perspective éducative. Il doit alors être signé par l’élève, sa famille et le président de séance. Sans amélioration, l’élève pourra être convoqué devant le Conseil de Discipline.
La Commission Éducative peut aussi proposer des sanctions au chef d’établissement :

  • une exclusion temporaire (jusqu’à 8 jours)
  • une convocation devant le Conseil de Discipline.

V – COMMUNICATIONS ENTRE LES FAMILLES ET LE LYCÉE

L’efficacité de l’action éducative suppose l’information la plus complète des familles dans tous les domaines de la scolarité et un partenariat affirmé et actif entre l’établissement et les parents.

Divers moyens ou acteurs favorisent cette information réciproque ; les familles peuvent être reçues à leur demande au Lycée.

Les familles qui doivent assumer le suivi de la scolarité de leur enfant participeront aux diverses réunions et rencontres organisées et répondront à toute demande d’entrevue qui pourrait leur être adressée par un membre de la communauté éducative.

A. MOYENS ET ACTEURS :

  • Le carnet de correspondance, à consulter régulièrement ;
  • Le calendrier pédagogique, communiqué en début d’année scolaire et publié sur le site du Lycée ;
  • Les courriers et circulaires transmis aux familles avec accusé de réception ;
  • Les documents sur l’orientation remis en classe aux élèves ;
  • Les divers relevés de notes ou du « Baccalauréat Blanc » ainsi que les 3 bulletins trimestriels ;
  • Les avis d’absences (par courrier ou par téléphone) et les états récapitulatifs des absences ;
  • Les réunions d’information et les rencontres parents/professeurs organisées au lycée ;
  • Les Associations de parents d’élèves, qui peuvent soulever des questions d’intérêt général (en particulier au sein des diverses instances tels que le Conseil d’Administration., le Conseil pour la Vie Lycéenne, etc.).

B. RÉCEPTION DES FAMILLES :

Les parents peuvent, après demande préalable de rendez-vous, rencontrer divers interlocuteurs : Professeurs, Professeur Principal, Conseiller Principal d’Education (C.P.E.), Conseillers d’Orientation Psychologues (C.O.P.), Infirmière, Gestionnaire, Adjoint au chef d’établissement ou Chef d’Etablissement.

L’inscription définitive d’un élève au Lycée Jean Perrin est subordonnée à l’acceptation (signatures obligatoires de l’élève et de ses responsables légaux) du présent Règlement.